mercredi 2 avril 2014

 Concours du récit de fiction jeunesse – 1er juin 2014





Etonnez-nous ! Racontez-nous une histoire fantastique, originale et inédite peuplée de personnages de l’imaginaire guyanais.
Vous rêvez de devenir écrivain, participez vite !

L’association Promolivres et les éditions Orphie organisent un concours de récits courts fantastiques.

Ce concours s’adresse à tous les auteurs potentiels, écrivains, enseignants qui écrivent (ou veulent écrire) des romans à destination des jeunes de 10 à 14 ans.

Le texte doit être ancré dans la culture guyanaise. La qualité de l’écriture en français est essentielle. En récompense, les meilleurs textes sélectionnés par le jury seront publiés par les éditions Orphie dans une nouvelle collection.

 Le jury est composé du monde des Lettres et de l’Education nationale.

 Le texte à rendre est constituée d’une histoire brève de 15 pages avec un titre.

Faites preuve d’imagination et envoyez-nous vos meilleures histoires fantastiques mettant en scène créatures surnaturelles, maskilili et autres baclous …


Les conditions

Récits à envoyer – sans aucune illustration – à l’adresse mail suivante – promolivresguyane@gmail.com

Manuscrit au format A4, Times new roman taille 12, interligne 1.5 sans  illustrations.

N’oubliez pas d’y joindre vos coordonnées.

Textes à renvoyer jusqu’au 1er juin 2014 minuit

Renseignements : 0694 150 503






jeudi 5 décembre 2013

Promolivres participe au 1er Salon du Livre International de la Martinique
du 5  au 8 décembre 2013

 Promolivres tient un stand au 1er Salon du livre international de la Martinique placé sous le signe du centenaire de la naissance d’Aimé Césaire.
Promolivres a invité l’historien Eugène Epailly à venir présenter ses ouvrages et en particulier son dernier livre « Beauregard. Une habitation sucrière et ses esclaves dans la colonie de Guyane (1775-1891) » sur le stand de la Guyane où seront également exposées toutes les nouveautés de l’édition guyanaise.
Invitée par le Salon du Livre, Françoise Loe-Mie prononcera une communication intitulée « Le roman ou comment faire voyager la douleur pour la tromper ? » samedi 7 décembre  lors d’un échange sur l’acte d’écriture : un voyage, une quête, une traversée de la douleur.
Parmi les invités guyanais figure Edith Serotte venue récemment présenter son premierroman « Les fourmis rouges » au Salon du livre de Cayenne et Catherine Le Pelletier, auteur de Rhapsodie Jazz pour Damas.

 

samedi 16 novembre 2013


8è Salon du Livre et du Multimédia de Cayenne
20 - 23 novembre 2013
Au Zéphyr

 
Les auteurs invités
Lionel Trouillot  (Haïti)  
José Manuel Farjado  (Espagne)
Karla Suarez (Cuba) Prix Carbet de la Caraïbe 2012
Gerty Dambury (Guadeloupe) -
 Serge Bilé (Martinique)
 Alex  Godard (Guadeloupe)
 Dominique Mwankumi – (RDC)
 Rappa (Surinam)
 Hebert Emmanuel (Brésil)
 Adriana Abreu (Brésil)
 Romualdo Palhano (Brésil)
 Brigida da Silva (Brésil)

 de Guyane
 Françoise Loe-Mie
 Pierre Apollinaire Stephenson
 Serge Mam Lam Fouck
 Sylviane Vayaboury
 Elie Stephenson
 Emilie Tocney
 Léone Michotte
  Marie-Georges Thébia
 André Paradis
 Fredéric Ayangma
 Eugène Epailly
 Haimegédéji
 Edith Serotte (sélection prix carbet lycéens 2013/14)
 Myrtho Ribal-Rilos (sélection prix carbet lycéens 2013/14)
 Raphaël Létard
 Miguel Duplan

 

 

mercredi 13 novembre 2013

                                                           
           

8è Salon du Livre et du Multimédia de Cayenne
20 – 23 novembre 2013

L’écrivain, témoin de son temps

Programme

Mardi 19 novembre
18h00: Inauguration du Salon du  Livre

Mercredi 20 novembre
9h30 : ouverture du Salon au public

Animations pour la jeunesse
15h30 – 16h00 : spectacle de marionnettes avec Sandra
16h00 -17h00 : séance de conte avec Zoukouyanyan
17h00 – 18h00 : animation avec Tatoulu

Au Café littéraire 
16h00 : A la rencontre des auteurs  jeunesse avec Alex Godard, Dominique Mwankumi et Anne Cécile Boutard animé par Nathalie Pierre
17h00 : Table ronde sur l’édition en Guyane avec Mayouri Kozé Tracé 

18h00 : Rencontre avec Myrto Ribal Rilos, Edith Serotte et Fred Ayangma  sur « Mon premier roman » animeé par Michel Plaisir

Signatures sur les stands

19h00 : Table ronde  « L’écrivain, témoin de son temps » avec José Manuel Farjado, Elie Stephenson et Lyonel Trouillot animé par Keita Stephenson

Jeudi 21 novembre
(journée placée sous le patronage de la Région Guyane)

10h- 11h00 : Les lycéens du Prix Carbet  rencontrent Lionel Trouillot, Edith Serotte et Myrto Ribal Rilos

Au Café littéraire
16h00 : La place de la littérature guyanaise dans son environnement régional avec Rappa (Surinam),  Brigida da Silva (Brésil), Hebert Emmanuel (Brésil), Adriana Abreu (Brésil) animé par Dominique martin

17h00 : La poésie, instrument d’action ou de connaissance avec Pierre Apollinaire Stephenson, Gerty Dambury, Serge Patient, Elie Stephenson
18h00 : Rencontre-lecture avec  Lyonel Trouillot

Signatures sur les stands

19h00 : Escale littéraire au Salon sous le patronage de la Région Guyane
L’engagement des femmes en littérature avec Karla Suarez, Gerty Dambury, Sylviane Vayaboury, Emilie Tocney- Dardé, Marie-George Thébia animé par Michel Plaisir


Vendredi 22 novembre

Matinée professionnelle animée par Chantal Indiaan, présidente de l’ABDG et Françoise Dekowski, conseiller Livre et lecture de la DAC et Abdoulaye Keïta, chargé de mission livre et lecture Région Guyane

9h00 à 13h00
- Lutte contre l’illettrisme : acquisition et savoir de base.  Illustration de ce thème par la médiathèque de Matoury
- Bibliothèques et activités patrimoniales : développement du fonds local et animations
- le RFID : présentation   

Animations jeunesse
17h00 – 18h00 : animation avec Tatoulu

Au Café littéraire
16h00 : « Les Premiers Temps et Fesiten ou comment transmettre l'histoire » rencontre avec Richard et Sally Price animée par Nathalie Pierre
17h00 : Revues guyanaises et beaux livres avec La Torche de l’ASSALD, Dôko de l’AAG, Une saison en Guyane, les livres de photographies
18h00 : La place de la littérature guyanaise en question dans les médias avec Marie-Claude Thébia, Semaine Guyanaise, France Guyane, Guyaweb animé par Dominique Martin


19h00 : « Regard sur la littérature hispano-américaine » avec José Manuel Farjado et Karla Suarez animé par Monserrat Fitó


Samedi 23 novembre

Espace jeunesse
1600 – 17h00 : séance de conte avec Zoukouyanyan
17h30 : spectacle de marionnettes avec Sandra

Au Café littéraire 
10h00 : rencontre avec Mireille Badami autour de la culture amérindienne, langues, généalogie, poésies et art Kalina
11h00 : table ronde d’autres supports que le livre pour la littérature guyanaise avec Thierry Maquaire, Keita Stepenson, André Paradis animé par Marie-Annie Félicité
12h00 : rencontre avec Serge Mam-Lam-Fouck, Eugène Epailly et Léone Michotte « Collecter, analyser et transmettre l’histoire »

16h00 :
17h00 : rencontre-lecture avec José Manuel Farjado
18h00 : table ronde les enjeux de la littérature francophone contemporaine avec Serge Bilé, Alliance Française, René Gnalega, Hamégédéji

19h00 : table ronde  « Littérature, histoire et politique » avec Keita Stephenson, Serge Bilé, Ronald Selbonne et  Françoise Loe-Mie  

21h00 : clôture du salon



samedi 2 novembre 2013


Salon du Livre et du Multimédia de Cayenne du 20 au 23 novembre 2013 au Zéphyr. Thème du Salon « L’écrivain, témoin de son temps ».  Au programme, conférences, tables rondes, rencontres et séances de dédicace des écrivains sur les stands des libraires et des éditeurs.

mercredi 2 octobre 2013


La plume guyanaise vient d'attribuer le
PRIX DU MARRONNAGE 2013 A JEAN MOOMOU ET RONALD SELBONNE

Le jury, présidé cette année par Gérard Police (Prix du Marronnage 2010 pour €udorado - Ibis Rouge), s’est réuni le samedi 21 septembre 2013 en la salle Toucan du restaurant Le Cric Crac à Rémire-Montjoly
Après délibération, le jury a décidé d’attibuer le Prix du Marronnage 2013…
Ex æquo
Jean Moomou
pour
Les Marrons Boni de Guyane
Luttes et survie en logique coloniale (1712-1880)

Ronald Selbonne
pour
Albert Béville alias Paul Niger
Une négritude géométrique (Guadeloupe-France-Afrique

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  « La parole tournait et il était impossible de les départager. Car les deux sont excellents.
Très différents en apparence mais de plus en plus proches au fur et à mesure que s’affinent et s’approfondissent les regards et les pesages.C’est bien pourquoi il n’est surtout pas possible de les présenter sur le mode du duel : il n’y a pas « à ma droite », « à ma gauche ». Jean Moomou avec Les marrons Boni de Guyane – Luttes et survie en logique coloniale (1712-1880), et Ronald Selbonne avec Albert Béville alias Paul Niger – Une négritude géométrique (Guadeloupe- France-Afrique) sont allés, chacun à sa façon, grossir les rangs des Marrons de tout temps et tout lieu.
Et c’est en cela, au-delà des qualités de chaque ouvrage, que le choix ne peut se faire. Car ils disent tous deux pourquoi et comment, en monde dit américain, on résiste, se rebelle et combat. Contre cette espèce d’hydre qui y a fiché son premier pseudopode il y a cinq siècles et qui n’a pas cessé depuis de le reconditionner violemment à sa guise et façon.
L’un, Jean Moomou, entreprend avec opiniâtreté et absolue légitimité de restituer la parole d’obstinés aïeux marronnant au fil des générations, entre Surinam et Guyane, entre sang et refondation.
L’autre, Ronald Selbonne, récupère l’héritage délaissé d’un dédoublé militant-écrivain entre Antilles, Guyane, France, quand les maltraités de la néo-colonisation se mettent à tonitruer contre la déglutition francoïde.
Il y a la mort et les résurrections vivaces, depuis les forêts, savanes et fleuves des presque marges amazoniennes, et un texte actuel avec son suintement poliment atténué des irréductibilités entre ceux qui disent non et tournent le dos, et ceux qui bavassent leur oui maître.
Il y a un morne guadeloupéen où s’écrase un Boeing, et où se dilacèrent conjointement
deux empêcheurs de chicote en rond aux Antilles et en Guyane, mais dont la voix est sauvegardée et restituée aujourd’hui pour asséner non monsieur à qui prétend prospérer grassement sur des ossements.

Marronner ne devrait pas se conjuguer en chapelles et partages ; deux discours concomitants derrière leur surface ne peuvent pas être disjoints ».

Gérard POLICE,

Président du Jury 2013

 



















vendredi 27 septembre 2013